**  Sources : Eglises et chapelles du Pays de Muzillac - 2ème partie - Père Joseph DANIGO, historien
A la fin du 19ème siècle, l'église s'avérait trop petite. Un premier projet, refusé par le préfet en 1878, fut de nouveau d'actualité en 1901. Des plans furent établis par l'abbé LE TROUHER, professeur à Saint-Anne d'Auray. On construisit ainsi l'aile nord et, sans doute, la chapelle des fonts baptismaux. Initiés en 1901, les travaux dont les devis s'élevaient à 3000 F s'achevèrent en 1902.
 
L'intérieur fut rénové à plusieurs reprises, particulièrement en 1924 et en 1968.
En 1957 des plans furent établis en vue d'agrandir à nouveau l'église, mais le projet fut abandonné.
 
Le mobilier
 
- Au-dessus de l'autel, un vitrail-oculus où on voit les écus des familles ayant eu des possessions importantes à Lauzach, notamment les descendants de Jean de Malestroit et Jehan de Bazvalan, marié à Marie de Malestroit (15ème siècle).
- Dans le choeur, les statues en bois de Sainte Christine et de Saint Jean Baptiste.
- Dans la chapelle sud, les statues de Saint Cornély, protecteur des animaux domestiques, et de Saint François d'Assise. Le confessionnal date de 1812.
La plupart des vitraux, réalisés par Laumonnier datent de 1896.
L'une des cloches fut bénie en 1868 et la seconde en 1961.
La  première église paroissiale semble avoir été bâtie au 17 ème siècle . On a peu d'indications sur le premier siècle de son existence.  D'abord dédiée à St Jacques, elle changea de sainte patronne en 1809, St Jacques se faisant détrôner par Sainte Christine. On ne connaît pas les raisons de ce changement.
 
De plus, la statue de St Jacques fut remisée à la chapelle Saint Michel, d'où elle disparut dans les années 1950. Certains Lauzachois se souviennent de cet épisode et soupçonnent un membre du clergé de l'époque d'avoir cédé (vendu ?) cette vieille statue, vraisemblablement de grande valeur.
 
Une histoire faite de rénovations successives.
 
L'église a connu plusieurs rénovations depuis la Révolution. Cette période agitée avait laissé des traces, notamment celles d'un incendie qui avait détérioré et noirci l'intérieur de l'édifice, lors de combats qui s'étaient déroulés dans le cimetière entourant celui-ci.
 
L'église primitive n'avait pas de clocher, mais un clocheton recouvert d'ardoises. En 1816, vu l'état de délabrement général du lieu, des travaux furent entrepris et la tour actuelle fut construite.
Accueilvisite en quelques clicshistoireMonumentsCalvairesNaturePhotosContact